Bébé prématuré : quels risques ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Bébé prématuré : quels risques ?

Publié le 17 février 2015 — 4 Min de lecture

SOMMAIRE

    Qu'est-ce que la prématurité ?

    On parle de prématurité, dès qu'un bébé vient au monde avant la fin du 8e mois de grossesse. Plus précisément, il existe différents stades
    de prématurité :

    • L'extrême prématurité : la naissance a lieu avant la 26e semaine

    • La grande prématurité : la naissance a lieu avant la 32e semaine

    • La prématurité modérée : la naissance a lieu entre la 32e et la 33e semaine

    • La prématurité tardive : la naissance a lieu entre la 34e et le 36e semaine

    Les causes de la prématurité

    Pour mieux comprendre la prématurité, il convient d'en distinguer deux types.

    • La prématurité spontanée : l'accouchement se déclenche plus tôt que prévu de manière « naturelle ».

    Elle fait suite le plus souvent à une réaction inflammatoire des membranes entourant le bébé. La rupture de ces membranes ou leur inflammation au contact de l'utérus induit alors des contractions utérines et le travail commence. Cette inflammation peut être la conséquence d'une infection, d'une hémorragie du placenta. Cependant les causes restent floues.

    Plusieurs raisons peuvent pousser un médecin à anticiper l'accouchement : un bébé qui ne grandit pas suffisamment ou une mère qui souffre de pré-éclampsie, par exemple. Cette prématurité est en constante augmentation, notamment grâce aux progrès de la médecine qui permettent de mieux diagnostiquer une grossesse problématique.

    De nombreux cas de prématurité ne peuvent encore être expliqués. C’est pourquoi beaucoup de recherches sont menées sur le sujet.

    Prématurité : quelles conséquences ?

    Un bébé qui naît avant terme passe prématurément de la vie aquatique à un monde aérien sans y être adapté. Il a donc besoin d'assistance pour développer toutes ses fonctions vitales alors immatures. C'est généralement dans une couveuse que ce bébé prématuré va progressivement se développer. Celle-ci permet la régulation de la température afin de le tenir au chaud et offre si besoin une assistance respiratoire.

    Par ailleurs, naître prématurément augmente le risque de

    • lésions cérébrales,

    • défaillance pulmonaire,

    • troubles neurosensoriels (visuel et auditif).

    Les enfants prématurés sont généralement des enfants plus fragiles, leur système immunitaire pouvant être défaillant.

    Plus le bébé est prématuré, plus il risque de présenter ce type de troubles du développement. La sévérité du trouble dépend aussi – généralement – du degré de prématurité.

    Heureusement, la médecine progresse et parvient aujourd'hui à limiter les séquelles de la prématurité. L’essentiel est de rester attentif au développement de l’enfant afin de pouvoir agir vite.

    Peut-on prévenir la prématurité ?

    Les causes de la prématurité restant floues, il n'existe pas de moyens précis de s'en prémunir. Toutefois, il est conseillé de bien préparer sa grossesse avec son gynécologue ou tout professionnel de santé.

    • Avant d'arrêter votre moyen contraceptif, rendez visite à un professionnel de santé afin de vous assurer que tout va bien. Il mesurera notamment votre tension, votre poids, il s'assurera que vous ne présentez aucune carence et adaptera votre traitement en cas de maladie chronique.

    • Si vous avez des antécédents familiaux de naissance prématurée, parlez-en à votre médecin.

    • Adoptez un mode de vie sain dès que vous essayez de concevoir un bébé. En effet, arrêter de fumer lorsqu'on apprend qu'on est enceinte peut s'accompagner d'un stress élevé, ce qui n'est pas bon pour la grossesse.

    • Une visite chez son dentiste est également conseillée.

    Pendant la grossesse, il faut bien entendu éviter les conduites à risque - consommation d'alcool, tabac, médicaments et cannabis – et se faire suivre régulièrement.

    À lire aussi

    Pour une grossesse sans souci

    Tabagisme des femmes : des risques spécifiques

    Projet de grossesse : à quoi faut-il penser avant d’essayer ?

    Grossesse : Zéro alcool

    Source

    Merci à Danièle Evain-Brion, pédiatre endocrinologue et directrice de PremUp, une fondation de coopération scientifique qui regroupe professionnels de santé et chercheurs pour faire progresser la connaissance dans le domaine de la naissance.

    Bébé prématuré : quels risques ?

    4 Min de lecture