Comment se manifeste l'alcoolisme ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Comment se manifeste l'alcoolisme ?

Publié le 04 février 2014 — 4 Min de lecture

SOMMAIRE

    L'alcoolisme occasionnel

    Une personne ayant bu occasionnellement une quantité d'alcool trop importante présentera les signes suivants :

    • excitation et euphorie ;

    • incoordination, somnolence, désorientation spatio-temporelle... ;

    • vomissements, vision trouble ;

    • cela peut aller jusqu'au coma éthylique.

    L'alcoolisme chronique

    Une personne alcoolique chronique pourra présenter les symptômes suivants :

    • des tremblements ;

    • les yeux rouges et/ou larmoyants ;

    • un visage rouge ;

    • des crampes ;

    • une haleine et une odeur en règle générale alcoolisée ;

    • des signes plus généraux et moins spécifiques : une perte de poids, des maux de tête, des vertiges, des troubles digestifs, une fatigue, des problèmes de mémorisation dus à des lésions cérébrales irréversibles.... ;

    • des signes de manque avec agitation, anxiété, troubles du sommeil jusqu'au delirium tremens nécessitant une hospitalisation.

    Le diagnostic reposera principalement sur les signes cliniques mais en cas d'alcoolisme chronique on pourra également s'appuyer sur des tests biologiques : dosage des gamma-GT et du volume globulaire moyen.

    Comment traiter l'alcoolisme ?

    L'alcoolisme aigu étant une situation passagère, la seule solution reste l'éviction de l'alcool pour éviter les effets qu'ils peuvent engendrer.
    Dans cette situation, les traitements interviendront pour éviter les conséquences physiques et dramatiques que peuvent engendrer une surconsommation d'alcool : troubles de la vigilance, euphorie jusqu'au coma éthylique avec risque de décès.
    La prise en charge au long cours intervient majoritairement dans l'alcoolisme chronique. La première solution reste donc avant tout d'éviter la consommation d'alcool. Une consommation régulière et/ou excessive peut entrainer un phénomène de dépendance, l'alcool est alors une drogue dont on ne peut pas se passer. Un suivi médical et psychologique est alors indispensable pour s'en sortir.
    Le sevrage alcoolique est souvent long : plusieurs mois voir années sont nécessaires.

    Après consultation médicale, des traitements peuvent être prescrits afin d'aider les patients alcooliques dans leur sevrage :

    • Pour éviter les signes de dépendance et notamment un delirium tremens, le médecin peut avoir recours aux benzodiazépines pendant quelques jours au début de la cure de désintoxication : diazepam VALIUM®

    • Des ßbloquants (Atenolol® ou Propranolol®) peuvent permettre de lutter contre les signes cardiaques : palpitations, tremblements...

    • Des traitements peuvent être prescrits pour favoriser l'abstinence : AOTAL®, REVIA® ou ESPERAL®. Ces médicaments entrainent une réaction antabuse lors de la consommation d’alcool. En effet, ils bloquent une enzyme dont le rôle est d’éliminer un résidu responsable d’effets désagréables sur l’organisme. Les symptômes observés sont nausées, vomissements, sudation, douleurs, vertiges et malaises. Ces effets sont nécessaires au traitement : en effet, la sensation de dégout va éloigner le buveur de l’alcool.

    • Une supplémentation vitaminique est également recommandée : vitamines B1, B6, PP, B9...

    Les conseils de votre pharmacien Giphar

    • Demandez de l'aide à votre entourage, votre médecin ou votre pharmacien pour sortir de l'alcoolisme. Un soutien est souvent nécessaire pour réussir un sevrage.

    • Attention à la conduite automobile : boire ou conduire, il faut choisir !

    • La limite légale pour prendre le volant est de 0,5 g/L.

    • Pensez à désigner un conducteur qui ne boira pas pendant la soirée ou à défaut prévoir des éthylotests dans votre voiture si vous avez bu.

    • Pendant le sevrage, évitez toutes situations à risque :

    • évitez la fréquentation des bars ou des soirées « arrosées »,

    • attention aux médicaments contenant de l'alcool (bain de bouche, certains sirop...)

    N'hésitez pas à demander de l'aide car l'alcool reste une drogue !

    À lire aussi

    Les médicaments « anti-alcool »
    Binge drinking chez les jeunes : quels risques ?
    Libérez-vous de vos dépendances !

    Comment se manifeste l'alcoolisme ?

    4 Min de lecture