Dysorthographie : quelles solutions ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Dysorthographie : quelles solutions ?

Publié le 01 octobre 2018 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    Dysorthographie : un trouble neurologique

    La dysorthographie correspond à un trouble persistant de l’apprentissage et de l’acquisition de l’orthographe. Une prise en charge personnalisée permet d’acquérir des mécanismes de compensation afin d’écrire en faisant le moins de fautes possibles. Plus précisément, l’orthophoniste fournit à un dysorthographique de nouveaux outils pour pallier ses difficultés.

    Le vocabulaire, un outil pour les dysorthographiques

    Le principe de la rééducation ? Comme les méthodes classiques d’apprentissage ne fonctionnent pas, il faut aider l’enfant à créer son propre lexique interne : améliorer et diversifier son vocabulaire en l’encourageant à apprendre régulièrement des nouveaux mots. Ce faisant, il acquerra ses propres automatismes et prendra l’habitude de se poser les bonnes questions lorsqu’il écrit.

    La clé du succès pour lutter contre la dysorthographie ? La motivation !

    Pour que la rééducation fonctionne, il est primordial que l’enfant soit motivé. S’il y vient avec des pieds de plomb, ça ne fonctionnera pas. Il faut qu’il ait envie d’apprendre. Raison pour laquelle, la plupart des orthophonistes travaillent par le jeu. En faisant sentir la vibration des sons, par exemple, afin qu’il ne les confonde plus. Un « che » ne vibrant pas de la même manière qu’un « je ». Ou en utilisant des images qui lui parlent comme « Un papillon a deux ailes » pour qu’il retienne que ce mot s’écrit avec 2 « l ».

    Une prise en charge personnalisée de la dysorthographie

    Il existe presque autant de formes de dysorthographie que d’enfants dysorthographiques. C’est pourquoi chaque prise en charge est adaptée en fonction des particularités de chacun : quelle est la sévérité du trouble ? Est-ce que l’enfant est plus réceptif à l’audition ? Quelles astuces mnémotechniques lui donner ? Quelle orthographe faut-il rectifier ? Etc. En s’intéressant à la manière dont l’enfant fonctionne, l’orthophoniste identifiera comment l’enfant mémorise le mieux et basera sa rééducation là-dessus.

    L’ordinateur, salvateur pour les dysorthographiques ?

    Si la prise en charge personnalisée offre de très bons résultats, il serait illusoire de croire que tous les dysorthographiques finissent par écrire sans faute. Aussi, dans les cas les plus sévères, l’un des alliés majeurs n’est autre que l’ordinateur : un ergothérapeute leur apprend comment taper aussi vite, voire plus vite, qu’en écrivant à la main et l’orthophoniste leur apprend à se servir du correcteur orthographique. Un outil qui est autorisé en classe dès lors que la dysorthographie est diagnostiquée. Par ailleurs, il est important que les enseignants soient informés du trouble de l’enfant pour qu’ils puissent en tenir compte en classe.

    À lire aussi
    Dysorthographie, plus qu’un simple problème d’orthographe !
    À l’aide, mon enfant est dyslexique

    Source
    Merci à Estelle Dubuc, orthophoniste pour sa collaboration à cet article.

    Dysorthographie : quelles solutions ?

    3 Min de lecture