Comment reconnaître la roséole | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Comment reconnaître la roséole

Publié le 21 novembre 2018 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    La roséole, qu’est-ce que c’est ?

    La roséole, également appelée « sixième maladie », « exanthème subit » (exanthème signifiant « éruption ») ou « fièvre des trois jours » est une maladie infantile. Le virus responsable de cette maladie fait partie du groupe de l’herpès humain de type 6 (HHV 6). Dans plus de 90 % des cas, la roséole se déclare avant l’âge de deux ans, avec un pic entre 7 et 13 mois. L’incubation oscille entre 5 et 15 jours. La roséole est le plus souvent bénigne et guérit en quelques jours. Une fois qu’il a eu la roséole, l’enfant est immunisé à vie.

    Les symptômes de la roséole

    La roséole débute par une fièvre soudaine et élevée, souvent supérieure à 39 °C, qui dure environ 4 jours. Cette fièvre peut être accompagnée d’autres symptômes : troubles digestifs, maux de gorge, irritabilité, gonflement des paupières, ganglions dans le cou.
    Vers le 4e jour, alors que la fièvre tend à baisser, survient une éruption cutanée sur le ventre, le torse et plus rarement le visage. Ce sont de petites taches plates et rosées qui ne démangent pas. L’éruption peut ensuite se propager sur d’autres parties du corps. L’éruption dure de 2 à 4 jours. Il arrive qu’il n’y ait pas d’éruption, qu’elle soit très fugace ou, inversement, que l’éruption apparaisse sans qu’il n’y ait eu d’épisode de fièvre.

    Comment traiter la roséole ?

    La roséole est une maladie bénigne. Toutefois, la fièvre qu’elle provoque est souvent source d’inquiétude. En effet, le diagnostic ne peut être établi qu’une fois la fièvre tombée, au moment de l’éruption cutanée, d’où une incertitude dans les jours précédents l’apparition des taches rosées. Les traitements antibiotiques ne présentent aucun intérêt puisqu’il s’agit d’une maladie virale. Il convient essentiellement de surveiller la température du jeune enfant, de faire en sorte qu’il boive beaucoup et qu’il n’ait pas trop chaud. En cas de convulsions ou de somnolence, il est impératif de consulter sans tarder.

    La roséole chez l’adulte

    Bien que la roséole soit principalement une maladie infantile, il arrive exceptionnellement qu’elle survienne à l’âge adulte. Les symptômes de la maladie sont identiques à ceux qu’on rencontre chez le tout jeune enfant, ses conséquences, en revanche, peuvent être beaucoup plus sévères. La roséole de l’adulte peut en effet entraîner de graves complications : méningite, encéphalite (inflammation des tissus cérébraux et des méninges) ou hépatite (inflammation des cellules du foie). En cas de forts maux de tête, il est impératif de consulter en urgence.

    Peut-on éviter la transmission de la roséole ?

    Il n’existe aucune prévention contre la roséole, en revanche on peut en limiter la transmission.
    La roséole se transmet par les voies aériennes, les sécrétions du nez et de la gorge. Pour éviter sa contamination, il est donc recommandé :

    • De se laver les mains régulièrement, ainsi que celles de ses enfants.

    • D’utiliser des mouchoirs à usage unique pour les sécrétions.

    • De se nettoyer régulièrement le nez avec du sérum physiologique.

    • D’aérer son logement environ 20 minutes par jour.


    Lorsque la fièvre est tombée et que l’éruption cutanée apparaît, il n’y a plus de risque de contagion.

    Sources

    www.ameli.fr/assure/sante/themes/roseole/reconnaitre-roseole

    A lire aussi :

    Les maladies infantiles

    La varicelle
    La fièvre chez les nourrissons et les jeunes enfants

    Comment reconnaître la roséole

    3 Min de lecture