Allaitement et reprise du travail : comment gérer ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Allaitement et reprise du travail : comment gérer ?

Publié le 27 décembre 2018 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    Pour de nombreuses femmes, la reprise du travail semble imposer l’arrêt de l’allaitement. Gérer les deux est-il mission impossible ? « Tout dépend de l’âge de l’enfant » explique le Dr Marie Thirion, pédiatre spécialiste de l’allaitement. « C’est assez compliqué si le bébé a moins de deux mois car il a besoin de téter souvent et la mère devra tirer son lait souvent au travail. Par contre, s’il a 5 ou 6 mois et qu’il prend déjà quelques repas autres que le lait, c’est assez facile. »

    Faire des stocks de lait maternel ?

    Si vous reprenez le travail, il est probable que vous n’ayez le temps d’allaiter votre enfant que matin et soir. Dans ce cas, plusieurs options s’offrent à vous pour continuer à nourrir bébé : compléter avec d’autres aliments (s’il a l’âge), du lait artificiel ou des biberons de lait maternel, si vous prenez le temps de vous constituer un stock. Pour ce faire, il suffit de tirer un peu de lait tous les jours avant la reprise et de le congeler.

    Renseignez-vous auprès de votre crèche car certaines refusent le lait maternel même s’il n’existe aucune justification scientifique ni légale. À vous d’imposer ce que vous savez être bon pour votre bébé.

    Maintenir la lactation

    Chez certaines femmes, la diminution des tétées peut faire baisser assez vite la lactation.

    Pour la stimuler, vous pouvez réaliser des « jours de pointe », c’est-à-dire que vous remettez bébé intégralement au sein les jours où vous êtes à la maison.
    Tirer son lait au travail permet aussi de compenser mais toutes les femmes n’ont pas la possibilité, ni l’envie de le faire.

    Diminution des tétées : gérer l’inconfort

    La diminution des tétées peut entrainer de l’inconfort au travail : seins engorgés, gonflés et douloureux… Dans ce cas, vous pouvez les soulager discrètement aux toilettes, en faisant un massage aréolaire pour assouplir les seins en les faisant couler ou en utilisant un tire-lait manuel.

    Au bureau : allaitement, à quoi ai-je droit ?

    En France, la loi dit que les mamans ont droit à une heure par jour de leur temps de travail pour allaiter, mais rien ne précise quand et comment elle peut être prise, ni si cette heure est payée. Posez donc la question à votre employeur. Certains vous laisseront arriver une heure plus tard ou repartir une heure plus tôt.

    Si vous prévoyez de tirer votre lait au travail, vérifiez s’il y a une pièce où vous pourrez vous isoler et un réfrigérateur où stocker votre lait. Vous pouvez aussi utiliser un sac isotherme avec packs réfrigérants.

    Arrêt de l’allaitement : comment gérer la transition ?

    Vous avez décidé d’arrêter l’allaitement ? En ce qui concerne bébé, vous pouvez arrêter du jour au lendemain. Il le supportera très bien, en dehors de quelques selles dures.

    C’est pour vous que cela risque d’être inconfortable. Les seins réagissent et peuvent s’engorger. Si vous pouvez anticiper deux ou trois semaines à l’avance en réduisant progressivement le nombre de tétées, c’est idéal. Sinon, la prescription par votre médecin de deux ou trois jours d’anti-inflammatoires améliorera ce cap un peu difficile.

    À lire aussi

    Allaitement : comment sevrer bébé ?

    Allaitement : quand l’homéopathie soulage

    Source

    Merci au Dr Marie Thirion, pédiatre auteur du livre L’allaitement (Editions Albin Michel, 2014)

    Allaitement et reprise du travail : comment gérer ?

    3 Min de lecture