Migraines pendant la grossesse : comment réagir ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Migraines pendant la grossesse : comment réagir ?

Publié le 20 mars 2023 — 8 Min de lecture

SOMMAIRE

    Qu’est-ce qu’une migraine ?

    Plus intense qu’un simple mal de tête, la migraine survient sous forme de crises, plus ou moins longues et fréquentes. Pouvant être provoquée ou aggravée par certains facteurs, elle est à l’origine de douleurs pulsatiles caractéristiques (et parfois d’autres symptômes).

    À quoi ces maux de tête intenses sont-ils dûs ?

    Les douleurs des migraines sont dues à la dilatation soudaine et brutale de certains vaisseaux sanguins cérébraux (les artères des méninges, notamment). Cette dilatation est provoquée par la stimulation de certaines cellules nerveuses, liée à une prédisposition génétique (hyperexcitabilité électrique des neurones sensoriels). Les crises de migraine surviennent ainsi chez les personnes dont le système nerveux est particulièrement sensible.

    Plusieurs facteurs peuvent favoriser la survenue des crises de migraine, comme le stress, une contrariété, un épisode de détente soudain ou un sommeil de mauvaise qualité (manque ou excès de sommeil). Un déséquilibre dans l’alimentation peut aussi être à l’origine des migraines (un repas trop copieux, ou un repas sauté par exemple), comme la consommation de certains aliments ou substances excitantes (café, alcool, tabac, chocolat…). Plusieurs facteurs environnementaux peuvent également être en cause (le bruit, la lumière, de fortes odeurs, une chute brutale de la pression atmosphérique).

    Mais les migraines peuvent aussi être dues à des modifications hormonales : une augmentation des taux d'œstrogènes pendant la puberté, ou encore leur diminution brutale à la fin du cycle menstruel chez la femme. Lorsque les crises de migraine sont liées au cycle hormonal, on parle de migraine menstruelle ou cataméniale.

    Quels symptômes ?

    Les migraines provoquent des maux de tête modérés ou intenses, le plus souvent d’un seul côté du crâne (au niveau d’une tempe ou au-dessus d’un œil). La douleur peut parfois se manifester sur les deux côtés, à l’arrière ou sur l’ensemble de la tête. Des pulsations douloureuses apparaissent, et semblent s’accorder avec les battements du cœur : on parle de douleurs pulsatiles. Elles évoluent rapidement et sont en général accentuées par certaines positions ou mouvements (se baisser ou bouger la tête, tousser, monter ou descendre un escalier…).

    En plus de ces céphalées plus ou moins intenses, les migraines peuvent aussi être à l’origine d’autres symptômes. Elles peuvent provoquer des nausées ou des vomissements (symptômes digestifs), et une sensibilité à la lumière, au bruit ou à certaines odeurs (symptômes neurologiques). Les crises durent plus ou moins longtemps (de quelques heures à plusieurs jours), et sont plus ou moins fréquentes (de quelques-unes par an à plusieurs par mois).

    La crise de migraine est parfois précédée de certains signes annonciateurs : on parle de migraine avec « aura ». Plusieurs symptômes se manifestent avant l’apparition des céphalées, pendant quelques minutes (voire une heure) : des troubles de la vue (voile noir, taches colorées, scintillements ou lignes brisées), des troubles de la sensibilité (picotements des doigts ou des lèvres), des difficultés d’élocution, une perte d’équilibre ou des vertiges… On parle de migraine ophtalmique lorsque les troubles de l’aura sont uniquement visuels.

    L’amélioration des migraines pendant la grossesse

    Grâce à la stabilisation des taux hormonaux pendant la grossesse, les crises de migraine ont tendance à diminuer chez la plupart des femmes enceintes (voire à totalement disparaître). Cette amélioration est surtout notable pendant les deux derniers trimestres.

    La grossesse a en effet un impact sur les cycles menstruels et sur les taux d’œstrogènes. Lorsque la femme tombe enceinte, ses taux d’œstrogènes ne fluctuent plus et se stabilisent : les migraines cataméniales disparaissent (migraines liées au cycle menstruel, qui apparaissent en général juste avant, pendant ou juste après les règles).

    Dès la fin de la grossesse (après l’accouchement), les taux d’œstrogènes fluctuent à nouveau et les cycles menstruels reprennent : les migraines se manifestent à nouveau, retrouvant leur fréquence et leur intensité habituelles.

    Mais chez certaines femmes, la grossesse n’a aucun impact sur les migraines. Les crises peuvent aussi être plus intenses ou plus fréquentes pendant le premier trimestre de grossesse. Elles peuvent être favorisées par le stress et la fatigue, des problèmes de circulation sanguine, la faim ou le manque de sucre, la déshydratation (notamment en cas de nausées ou vomissements) ou l’arrêt soudain de la caféine.

    Quels traitements pour la femme enceinte migraineuse ?

    Plusieurs médicaments sont contre-indiqués pendant la grossesse, notamment certains médicaments utilisés pour traiter les crises de migraine. Alors comment soulager ces maux de tête intenses chez la femme enceinte ?

    S’isoler et se reposer

    Plusieurs gestes simples peuvent aider à réduire ou à soulager les douleurs des migraines, avant d’avoir recours à des médicaments. Dès les premiers symptômes de migraine pendant la grossesse, il est ainsi recommandé à la femme enceinte de :

    • s’isoler dans pièce calme, silencieuse, fraîche et sombre, s’allonger, fermer les yeux et essayer de dormir ;

    • appliquer une compresse, un linge froid ou des poches de glace au niveau de la zone douloureuse, sur la nuque, le front ou les tempes ;

    • boire de l’eau pour éviter la déshydratation (notamment en cas de nausées ou de vomissements) ;

    • prendre un bain chaud, se masser le cuir chevelu.

    Supprimer les facteurs favorisants

    Pour soulager les migraines pendant la grossesse et éviter les récidives, il est aussi important d’adopter une bonne hygiène de vie au quotidien (l’arrêt du tabac fait partie des premières mesures à mettre en place). Tous les facteurs qui peuvent favoriser l’apparition des crises doivent être limités ou supprimés.

    Ainsi, il est par exemple conseillé à la femme enceinte de :

    • bien dormir : dormir suffisamment chaque nuit, adopter des horaires de sommeil réguliers (avec les mêmes heures de coucher et de lever), faire des siestes pendant la journée ;

    • éviter au maximum les situations et les sources de stress, éviter les lieux bruyants ou les environnements lumineux agressifs (lumières crues, lumières clignotantes, néons…) ;

    • pratiquer régulièrement des activités de relaxation pour diminuer le stress et relâcher les tensions musculaires (s’inscrire à un cours de yoga prénatal, pratiquer la méditation, la respiration profonde ou la sophrologie…), se tourner vers le biofeedback (thérapie qui étudie les émotions et les pensées qui ont un impact sur la santé, recommandée dans le traitement des migraines), suivre une thérapie cognitive et comportementale ;

    • avoir une activité physique régulière, adaptée à la grossesse (marche rapide ou natation, par exemple) ;

    • boire beaucoup d’eau, adopter une alimentation saine et équilibrée, éviter certains aliments et substances excitantes (café, thé, chocolat, alcool…).

    Quand consulter ?

    Il est recommandé de consulter son médecin en cas de maux de tête intenses ou persistants, surtout s’ils surviennent pour la première fois après quelques semaines de grossesse. S’il peut s’agir de crises de migraine, ces céphalées peuvent aussi être le symptôme d’une prééclampsie (avec un risque pour la mère et l’enfant).

    La femme enceinte doit également consulter son médecin lorsque les maux de tête s’accompagnent d’autres symptômes (fièvre, douleurs digestives, vision trouble, vomissements, gonflements au niveau des pieds, des mains ou du visage, faiblesse générale).

    Quels médicaments pendant la grossesse ?

    Si plusieurs médicaments permettent de soulager les douleurs provoquées par les migraines, certains sont contre-indiqués pendant la grossesse (l’aspirine, les anti-inflammatoires et les antimigraineux de la famille des triptans). Les éventuelles contre-indications des médicaments sont toujours indiquées sur leurs notices. Il est donc important de bien les lire avant d’y avoir recours (et de demander conseil à son pharmacien en cas de doute). La femme enceinte ne doit jamais se tourner vers l’automédication en cas de migraine, et toujours consulter son médecin traitant.


    Avant de prescrire des médicaments à la femme enceinte migraineuse, le médecin évalue d’abord le rapport bénéfique / risque (et l’intensité et la fréquence des crises de migraine pendant la grossesse). Il prescrit en général du paracétamol (et parfois de la caféine à faible dose). L’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens sont quant à eux formellement contre-indiqués pendant la grossesse. Les AINS peuvent en effet avoir des effets toxiques pour le fœtus et augmenter le risque de fausse couche (ils ne peuvent être prescrits par un médecin que jusqu’au 5ème mois de grossesse, sur une courte durée et uniquement en cas de nécessité absolue).

    Si la femme suit un traitement de fond contre les migraines, il est préférable qu’elle consulte son médecin avant de tomber enceinte (et dès le début de sa grossesse si elle ne l’a pas fait avant). Ce dernier pourra évaluer si ce traitement doit être poursuivi ou non (certains médicaments restent compatibles avec la grossesse).

    Pendant l’allaitement, plusieurs médicaments peuvent à nouveau être pris pour soulager les douleurs des crises de migraine (paracétamol, ibuprofène et kétoprofène notamment).

    Sources :

    https://www.vidal.fr/maladies/douleurs-fievres/migraine/grossesse.html

    https://www.vidal.fr/maladies/douleurs-fievres/migraine.html

    https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/migraine

    Migraines pendant la grossesse : comment réagir ?

    8 Min de lecture