Incontinence urinaire : le rôle des médicaments | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Incontinence urinaire : le rôle des médicaments

Publié le 19 mai 2015 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    Une envie pressante, des toilettes un peu trop loin... Les fuites par incontinence d’impériosité, aussi appelée instabilité vésicale, nuisent significativement à la qualité de vie. Les personnes qui en souffrent éprouvent un besoin d’uriner immédiat et impérieux, qui ne leur laisse pas suffisamment de temps pour atteindre les toilettes. Ce qui cause des fuites involontaires. Heureusement, contrairement à l’incontinence d’effort (perte d’urine lors du port de charge lourde, d’une toux, d’un fou rire...), l’instabilité vésicale peut être traitée par des médicaments.

    Limiter les contractions de la vessie

    Les anticholinergiques sont aujourd’hui les médicaments les plus couramment utilisés. Ils permettent de lutter contre les contractions anarchiques et excessives de la vessie qui caractérisent l’instabilité vésicale. En effet, lors de la miction, notre cerveau libère une molécule nommée acétylcholine afin de «donner l’ordre» à la vessie de se contracter et donc de se vider. Normalement, cette molécule est libérée de manière volontaire, lorsque nous décidons d’uriner. En revanche, chez une femme souffrant d’instabilité vésicale, l’acétylcholine est libérée sans contrôle conscient... ce qui entraîne des fuites urinaires. Les anticholinergiques vont agir en bloquant les récepteurs à l’acétylcholine et donc en diminuant les contractions de la vessie.

    Les effets secondaires

    Reste que l’acétylcholine n'intervient pas uniquement dans la miction. Elle agit aussi sur le contrôle de muscles viscéraux comme l'intestin, les yeux ou encore les glandes salivaires. Bloquer son action se répercute donc également sur ces autres fonctions.

    Conséquences : sécheresse de la bouche, sécheresse oculaire et troubles gastro-intestinaux sont souvent constatés comme effets secondaires du traitement. Notez que les molécules sont de plus en plus «ciblées» et visent à bloquer exclusivement les récepteurs présents dans la vessie, ce qui réduit les effets indésirables.

    Une efficacité variable

    Les anticholinergiques sont très souvent utilisés aujourd’hui, en combinaison avec la kinésithérapie (entrainement vésical). Ils doivent être pris tous les jours, à raison d’1 à 3 prises quotidiennes selon les molécules.Ces médicaments atteignent généralement leur efficacité optimale dès quelques semaines de traitement. Toutefois, celle-ci varie d'une femme à l'autre. Lorsque les patientes ne répondent pas bien à ce traitement, d’autres solutions (électrostimulation, botox...) peuvent être envisagées. Certains médicaments peuvent altérer l’efficacité des traitements contre l’incontinence. Veillez donc à informer votre médecin et votre pharmacien de tous les médicaments (avec et sans ordonnance) que vous prenez.

    À lire aussi

    Comment apparaît l'incontinence urinaire ?
    Parler de l'incontinence à un spécialiste

    Source

    Herbison P, Hay-Smith J, Ellis G, Moore K. Effectiveness of anticholinergic drugs compared with placebo in the treatment of overactive bladder: systematic review. BMJ 2003;326:841-7.

    Incontinence urinaire : le rôle des médicaments

    3 Min de lecture