Quelles sont les différentes causes des hémorroïdes ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Quelles sont les différentes causes des hémorroïdes ?

Publié le 19 novembre 2021 — 8 Min de lecture

SOMMAIRE

    Comment se manifestent les hémorroïdes ?

    Réseau de vaisseaux situés au niveau du canal anal, les hémorroïdes peuvent s’enflammer et gonfler, provoquant alors des symptômes douloureux. C’est ce que l’on appelle la maladie hémorroïdaires (ou « hémorroïdes » dans le langage courant). Zoom sur les causes et les symptômes des hémorroïdes.

    Qu’appelle-t-on hémorroïdes ?

    Deux réseaux de vaisseaux sanguins (artériels et veineux), se situent à la superficie du canal anal et de l’anus :

    • les hémorroïdes externes : ce réseau est situé sous la peau de l’orifice de l’anus (une zone très irriguée et innervée, et donc particulièrement sensible) ;

    • les hémorroïdes internes : ce réseau est situé plus haut dans le canal anal, et plus profondément sous sa muqueuse. Il contribue à la continence (la capacité à retenir les gaz et les selles).


    On parle de maladie hémorroïdaire (ou d’hémorroïdes) lorsque ces vaisseaux se dilatent et s’enflamment. Irrités et gonflés, ils provoquent certains symptômes gênants et douloureux, le plus souvent sous forme de crises. Cette affection touche aussi bien les hommes que les femmes, à n’importe quel âge (les hémorroïdes sont plus fréquentes entre 40 et 65 ans).


    Quelles sont les différentes causes des hémorroïdes ?

    Les hémorroïdes peuvent être dues à plusieurs causes, et certains facteurs peuvent en aggraver les symptômes :

    • les épisodes de constipation : les selles sont difficiles et longues à évacuer. En plus de rester assise longtemps sur les toilettes, la personne doit effectuer des efforts de poussée répétés. Elle a parfois besoin d’utiliser des laxatifs, des médicaments qui peuvent aggraver la maladie hémorroïdaire ;

    • la grossesse, l’accouchement et le post-partum chez la femme (après l’accouchement), ainsi que la période prémenstruelle (avant les règles) : les modifications hormonales, la pression de l’utérus, la constipation et le poids du bébé sont des facteurs favorisants. De nombreuses femmes souffrent ainsi d’hémorroïdes à la fin de leur grossesse (20 % après l’accouchement). Un travail d’accouchement long et difficile peut aussi être à l’origine d’une dilatation des veines et d’une crise hémorroïdaire ;

    • les épisodes de diarrhée : la diarrhée irrite le canal anal et les veines situées à sa surface ;

    • la sédentarité, le surpoids et l’obésité : la pression abdominale est augmentée, à cause d’un poids trop important ou d’une position assise toute la journée. Cela peut provoquer la dilatation des veines de l’anus ;

    • la pratique de certains sports et activités physiques (qui supposent de soulever des charges lourdes, ou qui impliquent des positions spécifiques comme le cyclisme ou l’équitation) ;

    • la consommation d’alcool et de certains aliments (viandes, plats épicés, café, thé, colas…), une alimentation pauvre en fibres et une hydratation insuffisante (deux facteurs qui peuvent être à l’origine de selles dures, d’épisodes de constipation et de crises d’hémorroïdes).

    Quels symptômes ?

    Survenant sous forme de crises ou évoluant de manière continue et progressive, les principaux symptômes de la maladie hémorroïdaire sont les suivants :

    • des douleurs : elles sont localisées au niveau de l’anus (hémorroïdes externes). Les hémorroïdes internes ne provoquent en général pas de douleurs. Ces douleurs deviennent particulièrement intenses en position assise, pendant la défécation ou un exercice physique. Elles peuvent s’accompagner d’une sensation de pesanteur, de gonflement et de chaleur au niveau de l’anus. Elles durent entre 2 et 4 jours, et peuvent être soulagées en adoptant une position allongée ;

    • des saignements (rectorragies) : ils se manifestent par un écoulement de sang rouge par l’anus (les hémorroïdes sont des vaisseaux très superficiels). Plus ou moins importants et visibles, ces saignements apparaissent pendant et après le passage aux toilettes. Ils peuvent prendre la forme de simples traces de sang rouge dans les selles, d’importantes éclaboussures de sang sur la cuvette des toilettes, de quelques gouttes de sang sur le papier toilette ou d’un véritable saignement au goutte à goutte. Lorsqu’il est particulièrement important, le saignement peut aller jusqu’à tacher les sous-vêtements ;

    • un prolapsus : dilatés et gonflés, les vaisseaux internes peuvent parfois sortir hors de l’anus (prolapsus ou procidence des hémorroïdes). Cette tuméfaction est alors responsable de symptômes désagréables (gêne, irritations, suintements, démangeaisons…). Elle peut se résorber spontanément, ou être replacée manuellement dans le canal anal. Immédiatement identifiable, le prolapsus peut survenir après un effort intense ou après le passage aux toilettes. Lorsque la maladie hémorroïdaire est installée depuis longtemps, il peut être permanent.

    Comment réagir ?

    Si les symptômes de la maladie hémorroïdaire sont en général bénins, ils peuvent être particulièrement gênants dans la vie quotidienne et provoquer certaines complications (thrombose des hémorroïdes externes, qui engendre une tuméfaction très douloureuse à l’entrée de l’anus). Certains symptômes (comme les rectorragies ou les démangeaisons) peuvent également être le signe d’une autre maladie. Il est donc important de consulter et de prendre en charge les crises d’hémorroïdes, quelle que soit leur cause et leur fréquence d’apparition.

    Comment soulager les symptômes des hémorroïdes ?

    En règle générale, les hémorroïdes ne provoquent pas de complications graves et ne nécessitent pas de traitement particulier. Plusieurs conseils hygiéno-diététiques permettent néanmoins d’éviter ou de soulager les symptômes d’une crise :

    • éviter la constipation en adoptant plusieurs mesures simples pouvant aider à favoriser le transit intestinal : la constipation est en effet la première cause des crises d’hémorroïdes. Pour augmenter la fréquence des selles et améliorer leur consistance (selles plus molles), il est d’abord recommandé d’adopter une alimentation adaptée (riche en fibres alimentaires : légumineuses, céréales complètes, légumes verts et fruits), et boire suffisamment d’eau (au moins 1,5 litres par jour). Il faut aussi éviter certains aliments quand on a des hémorroïdes (alcool, plats épicés, café...). Il est conseillé d’aller aux toilettes à des horaires réguliers, en prenant son temps (sans y rester trop longtemps) et sans faire d’efforts de poussée. Perdre du poids et faire du sport de manière régulière favorise également un bon transit (l’activité physique active la circulation et la digestion) ;

    • adopter certaines mesures d’hygiène : pour soulager les douleurs et les irritations au niveau de l’anus, il est recommandé de s’essuyer doucement après être allé aux toilettes (avec une lingette ou du papier toilette humide, sans colorant ni parfum). Il faut ensuite bien sécher la région anale (après une douche également) et privilégier le port de vêtements amples et en coton ;

    • appliquer un traitement local : obtenus sans ordonnance en pharmacie (exceptés pour ceux contenant des corticoïdes), les traitements locaux peuvent aider à faire dégonfler les hémorroïdes. Se présentant sous forme de crèmes ou de suppositoires, ils ont une action anesthésique, anti-inflammatoire et/ou lubrifiante. Avant de les utiliser, demandez toujours conseil à votre pharmacien ;

    • prendre un traitement oral : pour soulager les douleurs provoquées par les crises d’hémorroïdes, il est possible de prendre des médicaments antalgiques (paracétamol notamment). Si les douleurs ne disparaissent pas au bout de quelques jours, il est recommandé de consulter son médecin.



    Dans quels cas consulter ?

    Si les crises d’hémorroïdes restent en général isolées, il est également possible que la maladie évolue sur plusieurs années. Les symptômes peuvent alors devenir particulièrement gênants (douleurs constantes, démangeaisons anales, anémie causée par des saignements abondants et répétés, prolapsus permanent, suintements, faux besoins…). Il est donc recommandé de consulter son médecin traitant lorsque les symptômes s’installent, deviennent trop fréquents ou difficiles à supporter. Il est aussi conseillé de consulter en cas de rectorragies répétées, afin de s’assurer qu’il ne s’agit pas d’une autre maladie (fissure anale, rectocolite hémorragique, cancer colorectal…).


    Le médecin doit également être consulté rapidement en cas de :

    • saignement anal important et répété (sang rouge) ;

    • selles très noires (présence de sang « digéré », en amont du tube digestif) ;

    • douleur intense et fièvre supérieure à 38 °C ;

    • douleur soudaine et très intense (possible thrombose des hémorroïdes externes) ;

    • douleur et impossibilité d’aller à la selle depuis plus de 48 heures.

    Quels sont les traitements à envisager ?

    Après avoir interrogé et examiné son patient (toucher rectal ou anuscopie si nécessaire), le médecin a parfois recours à une analyse des selles. Une fois le diagnostic confirmé, il peut prescrire le traitement adapté.


    En plus d’adopter de nouveaux réflexes alimentaires et diététiques (pour éviter la constipation), le traitement des hémorroïdes peut reposer sur :

    • la prise de médicaments : laxatifs, crèmes, pommades ou suppositoires à usage local, médicaments veinotoniques par voie orale, antalgiques et AINS (anti-inflammatoires non-stéroïdiens)… Ils peuvent aider à réduire ou à soulager les symptômes des hémorroïdes ;

    • un traitement endoscopique : si les troubles sont particulièrement gênants, il est possible d’envisager une ligature élastique, des injections sclérosantes, une électrocoagulation ou photocoagulation, ou une cryothérapie. Pouvant être effectué sans anesthésie, ce type de traitement vise à créer une zone cicatricielle en amont des hémorroïdes internes, pour renforcer leur soutien. En cas de thrombose veineuse, le médecin peut réaliser une incision ou une excision ;

    • une opération chirurgicale : elle est envisagée lorsque les traitements instrumentaux ont échoué, ou lorsque les hémorroïdes sont particulièrement volumineuses. Effectuée sous anesthésie en chirurgie ambulatoire, l’intervention consiste à retirer les hémorroïdes (hémorroïdectomie) ou à les remonter et les maintenir dans le canal anal (hémorroïdopexie). Le chirurgien peut également procéder à la ligature des hémorroïdes ou les « brûler » à l’aide d’une sonde de radiofréquence (chirurgie mini-invasive).

    Quelles sont les différentes causes des hémorroïdes ?

    8 Min de lecture