Fibromyalgie : quels traitements pour mieux vivre avec la maladie ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Fibromyalgie : quels traitements pour mieux vivre avec la maladie ?

Publié le 23 décembre 2021 — 8 Min de lecture

SOMMAIRE

    Qu’est-ce qu’une fibromyalgie ?

    Si la fibromyalgie n’est pas une maladie dangereuse, elle peut s’avérer très éprouvante. En plus de douleurs musculaires ou articulaires diffuses et permanentes, elle est en effet à l’origine d’une fatigue chronique et d’autres symptômes particulièrement handicapants. Or, si certains facteurs de risque sont aujourd’hui identifiés, les causes de cette maladie ne sont toujours pas connues. Elle reste donc longue et difficile à diagnostiquer.

    Des douleurs chroniques et d’autres symptômes variés

    La fibromyalgie est caractérisée par des douleurs musculaires ou articulaires diffuses et permanentes (avec souvent une raideur matinale, ou qui survient après une position prolongée). Si la douleur peut au début rester localisée, elle s’étend et devient persistante : la personne qui souffre de fibromyalgie a « mal partout », pendant de longues périodes (plusieurs mois). Les douleurs sont souvent localisées près de la colonne vertébrale (cou, épaules, dos, hanches…). Elles peuvent être accentuées par le froid, l’humidité, certains efforts, le stress ou les émotions.

    Les douleurs de la fibromyalgie s’accompagnent en général d’autres symptômes, qui peuvent évoluer et varier d’une personne à l’autre :

    • une fatigue chronique (dès le matin, au moindre effort physique, en station debout…) ;

    • des troubles du sommeil (des difficultés à s’endormir, un sommeil de mauvaise qualité, un réveil fatigué) ;

    • des difficultés psychologiques, des symptômes dépressifs, des troubles anxieux : les douleurs de la fibromyalgie peuvent limiter les activités familiales et professionnelles, et être à l’origine d’un isolement social et d’un syndrome dépressif sévère ;

    • des troubles de la mémoire, des difficultés à se concentrer, des difficultés d’apprentissage ;

    • parfois, des maux de tête, des troubles visuels, une hypersensibilité au bruit, des troubles digestifs, des règles douloureuses, un besoin d’uriner fréquent, un essoufflement et des douleurs thoraciques, des douleurs dans les mâchoires, des fourmillements ou des engourdissements dans les doigts ou les pieds…

    Une affection chronique, sans cause déterminée

    Si les causes de la fibromyalgie ne sont toujours pas connues, plusieurs facteurs pourraient néanmoins être impliqués. Des antécédents de dépression ou de maladie pourraient par exemple être des facteurs de prédisposition. L’apparition d’une fibromyalgie pourrait quant à elle être déclenchée par un traumatisme physique ou psychique (une infection, un accident, un accouchement, une intervention chirurgicale, le décès d’un proche, le surmenage professionnel…). D’autres facteurs pourraient enfin avoir tendance à entretenir les symptômes de la maladie (le stress et l’anxiété, une perte de masse et de force musculaire…).

    La plupart du temps, la fibromyalgie s’accompagne d’autres pathologies (des troubles psychiques, un syndrome de l’intestin irritable, un syndrome de jambes sans repos, un syndrome de fatigue chronique, des apnées du sommeil ou encore un syndrome de Gougerot-Sjögren). En France, les personnes qui souffrent le plus de fibromyalgie sont les femmes, entre 30 et 55 ans.

    Un diagnostic souvent difficile à poser

    Aujourd’hui, aucun examen radiologique ou sanguin ne permet de confirmer le diagnostic de fibromyalgie. Pour établir l’existence de la maladie, le médecin se base donc uniquement sur les symptômes décrits par son patient et sur une évaluation clinique. Il recherche l’existence de douleurs persistantes (depuis plus de 3 mois) et diffuses (dans plusieurs parties du corps). Pour cela, il exerce une pression assez importante sur plusieurs zones spécifiques (18 points de palpation au total). Il peut aussi demander à son patient de remplir un questionnaire d’évaluation de la douleur (questionnaire FiRST).

    Après avoir évalué le niveau de souffrance physique et mentale, le médecin recherche les autres signes éventuellement associés (fatigue et troubles du sommeil, notamment). Il apprécie enfin le retentissement de la maladie sur le quotidien de son patient. Il a parfois recours à certains examens, pour écarter la présence d’autres maladies (l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde et la spondylarthrite ankylosante présentent par exemple des symptômes similaires).

    Quels sont les traitements mis en place en cas de fibromyalgie ?

    Ses causes demeurant inconnues, la fibromyalgie ne se guérit pas. Une fois le diagnostic établi, le traitement de la fibromyalgie consiste simplement à soulager les symptômes et à améliorer la qualité de vie du patient. Pour diminuer les douleurs et améliorer le sommeil, le médecin traitant a d’abord recours à une réhabilitation physique.

    En l’absence d’amélioration des symptômes, il peut prescrire des médicaments antalgiques et faire appel à des médecins spécialistes (un rhumatologue ou un neurologue, par exemple). Une aide psychologique peut aussi être mise en place. Global et personnalisé, le traitement de la fibromyalgie s’accompagne d’un suivi médical régulier.

    Une activité physique adaptée

    Adopter régulièrement une activité physique adaptée (APA) est le premier traitement prescrit en cas de fibromyalgie. Fortement recommandée en cas de fibromyalgie, l’activité physique permet en effet de diminuer les douleurs et de retrouver une certaine mobilité. En plus d’améliorer la souplesse, l’équilibre, l’endurance et la force musculaire, l’effort physique offre également une sensation de bien-être et une meilleure image de soi. Non médicamenteux, ce traitement efficace contre la fibromyalgie présente enfin l’avantage de n’entraîner aucun effet secondaire ou indésirable.

    Les exercices physiques doivent être adaptés à l’état et aux capacités physiques du patient. Il est recommandé de pratiquer une activité physique quotidienne, pendant au moins 30 minutes (et en plein air, dans l’idéal). La durée, l’intensité et la fréquence des séances doivent être augmentées de manière progressive et graduée. Il peut s’agir d’exercices d’endurance (marche nordique, natation, vélo…) ou de renforcement musculaire (Pilates, gymnastique douce…).

    Lorsqu’il prescrit des séances de réhabilitation physique, le médecin précise les objectifs recherchés (diminution des douleurs, lutte contre le stress ou encore renforcement de telle ou telle chaîne musculaire) et les éventuelles contre-indications du patient. Les séances peuvent être réalisées dans des clubs, avec l’aide d’éducateurs formés au sport santé. Les frais sont parfois remboursés par les mutuelles, ou par les services municipaux ou départementaux.

    La prise de médicaments

    Lorsque l’activité physique ne suffit pas à soulager les douleurs de la fibromyalgie, le médecin peut prescrire un médicament antalgique. Associé ou non à du paracétamol, seul le tramadol peut aider à diminuer la douleur (antalgique de niveau 2). Il présente néanmoins plusieurs effets indésirables, et ne peut pas être utilisé trop longtemps ou trop souvent. D’autres médicaments sont parfois utilisés pour soulager les douleurs : la duloxétine (un antidépresseur, prescrit à faible dose) ou la prégabaline (un antiépileptique, qui présente néanmoins des effets indésirables).

    Le traitement de la fibromyalgie consiste à soulager les symptômes de la maladie. Si le patient souffre de troubles du sommeil importants (et d’un manque de sommeil réparateur), le médecin peut lui prescrire un antidépresseur (de l’amitriptyline, prescrit à faible dose) ou de la prégabaline.

    Peu efficaces, les autres médicaments ne sont que « faiblement recommandés » pour le traitement de la fibromyalgie (les anti-inflammatoires non stéroïdiens, les autres antidépresseurs). L’hormone de croissance humaine, les dérivés de la cortisone et les antalgiques opiacés de niveau 3 sont quant à eux « fortement déconseillés » (morphine, fentanyl, oxycodone…).

    Les autres traitements

    Cures thermales, séances d’acupuncture, pratique du yoga, du tai chi ou du qi gong, méditation… D’autres traitements non médicamenteux sont parfois conseillés par le médecin. Ces pratiques peuvent en effet avoir un effet bénéfique sur le sommeil et le stress, et ainsi améliorer la qualité de vie du patient. Pour en savoir plus sur les autres traitements naturels en cas de fibromyalgie (homéopathie, huiles essentielles, plantes), rapprochez-vous de votre médecin.

    Lorsque les douleurs de la fibromyalgie s’accompagnent de difficultés psychologiques, d’un état dépressif ou d’anxiété, le médecin peut prescrire une psychothérapie (associée ou non à la prise d’antidépresseurs). En plus de soulager les troubles de l’humeur, les thérapies comportementales et cognitives peuvent notamment aider à réduire les symptômes douloureux et le handicap au quotidien.

    Lorsque les différents traitements prescrits par le médecin généraliste ne permettent pas de réduire les symptômes et d’améliorer le quotidien du patient, ce dernier peut être orienté vers un médecin spécialiste (un rhumatologue, un psychiatre, un neurologue, un médecin qui exerce dans un centre de prise en charge de la douleur…). Un spécialiste peut aussi être consulté rapidement lorsque le quotidien de la personne fibromyalgique est fortement impacté. La prise en charge du patient se fait en général dans une structure spécialisée, avec la mise en place d’un programme personnalisé (rééducation physique, soutien pour la gestion de la douleur et de la fatigue, aide à la reprise des activités professionnelles, thérapies comportementales et cognitives).

    La mise en place d’un suivi médical régulier

    Un suivi médical régulier est systématiquement mis en place dans le cadre du traitement d’une fibromyalgie. Ce suivi permet en effet au médecin traitant d’évaluer l’évolution de la maladie, pour adapter progressivement sa prise en charge. Il est indispensable de respecter le rythme des consultations programmées et de suivre le programme d’entraînement physique établi.

    Lors de ces rendez-vous de suivi, le médecin apprend également à son patient à mieux gérer ses douleurs et sa fatigue. L’occasion également de lui rappeler l’importance d’une activité physique régulière, ainsi que certaines règles en matière d’alimentation et de sommeil.

    Sources :

    https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/fibromyalgie/le-traitement-de-la-depression

    https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-osseux,-articulaires-et-musculaires/troubles-des-muscles,-des-bourses-séreuses-et-des-tendons/fibromyalgie?query=Fibromyalgie#v38404819_fr

    https://www.vidal.fr/maladies/douleurs-fievres/fibromyalgie/traitements.html

    Fibromyalgie : quels traitements pour mieux vivre avec la maladie ?

    8 Min de lecture