Le myélome : qu'est-ce que c'est ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Le myélome : qu'est-ce que c'est ?

Publié le 03 novembre 2014 — 4 Min de lecture

SOMMAIRE

    Myélome, moelle osseuse et plasmocytes

    Le myélome atteint un type de globules blancs, les plasmocytes. Ceux-ci jouent un rôle important dans le système immunitaire : ils produisent des anticorps (les immunoglobulines) qui aident notre organisme à combattre les infections.

    En cas de myélome, un plasmocyte devenu anormal se multiplie de façon incontrôlée. Ces plasmocytes « malins » produisent à leur tour des immunoglobulines anormales, incapables de lutter contre les infections.

    La prolifération de ces plasmocytes malins entrave en outre le bon fonctionnement de la moelle osseuse, perturbant la production de globules rouges, de globules blancs et de plaquettes.

    Facteurs de risque et personnes à risque

    Il n'existe pas de facteur de risque bien défini à l'apparition du myélome. La maladie survient en moyenne vers 65-70 ans. Elle est exceptionnelle avant l'âge de 40 ans. Environ 3.000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France. Les hommes sont proportionnellement davantage touchés que les femmes.

    Myélome : quels symptômes ?

    En début de maladie, le myélome est généralement asymptomatique. Quand il évolue, il peut se manifester par :

    - Des douleurs osseuses et des fractures survenant de manière spontanée ou à l'occasion de traumatismes minimes. En cause : la fragilisation des os provoquée par les plasmocytes malins, qui stimulent la destruction du tissu osseux.

    - L'hypercalcémie (augmentation du taux de calcium dans le sang)

    La destruction osseuse provoquée par le myélome entraîne une libération du calcium dans le sang. L'hypercalcémie peut se manifester par une perte d'appétit, des nausées, une déshydratation, des troubles digestifs (constipation), des troubles de la conscience (agitation, confusion). Elle s'accompagne souvent d'une dégradation de la fonction rénale.

    - Des symptômes liés à l'atteinte de la moelle osseuse

    Cela peut se traduire par :

    - une anémie: fatigue, pâleur, essoufflement anormal à l'effort, palpitations, vertiges

    - une vulnérabilité accrue aux infections, principalement respiratoires et des voies urinaires

    - des hématomes et saignements spontanés (notamment du nez et des gencives).

    Diagnostiquer le myélome

    Le diagnostic du myélome comprend généralement des examens sanguins et urinaires, une biopsie de la moelle osseuse et des examens d'imagerie médicale.

    L'ensemble de ces tests permet de confirmer la présence d'un myélome mais aussi d'en déterminer les caractéristiques et le stade.

    La quantité de cellules malignes, leur agressivité et la présence ou l'absence de symptômes indiquent s'il faut ou non traiter le myélome et, le cas échéant, aident à établir un plan de traitement.

    Les myélomes asymptomatiques ne nécessitent généralement pas de traitement mais doivent être suivis de près. Les patients atteints d'un myélome symptomatique (« actif ») sont traités.

    Traiter le myélome

    Les traitements visent à obtenir un état de rémission (disparition des signes de la maladie), à prolonger l'espérance de vie et à atténuer les symptômes du myélome. À l'heure actuelle, ils ne permettent pas de guérir la maladie.

    Plusieurs possibilités existent :

    - Les corticoïdes et la chimiothérapie

    Leur objectif : contrôler la douleur et freiner l'évolution de la maladie en limitant la prolifération des cellules malignes dans la moelle osseuse

    - La transplantation de cellules souches

    Son objectif : régénérer la moelle osseuse. La transplantation de cellules souches permet d'obtenir un état de rémission prolongé. Il s'agit cependant d'un traitement lourd, dont les effets secondaires peuvent être très graves. Il n'est dès lors réservé qu'à certains patients, en fonction de leur âge et de leur état de santé général.

    - Les immunomodulateurs

    Leur objectif : bloquer la croissance et la reproduction des cellules cancéreuses. Ce traitement est surtout utilisé en cas de rechute ou de myélome « réfractaire » (qui résiste au traitement).

    La prise en charge des symptômes du myélome

    • En cas de lésions et douleurs osseuses:

    - Des médicaments appelés bisphosphonates peuvent être prescrits pour renforcer les os et réduire le risque de fracture ;

    - Une radiothérapie localisée peut aider à atténuer les douleurs ;

    Des suppléments de fer et d'acide folique, l'injection d'érythropoïétine synthétique (EPO), voire une transfusion sanguine (pour les cas les plus sévères), peuvent aider à stimuler la production de globules rouges.

    • Si la fonction rénale est atteinte

    Il est conseillé de boire abondamment et d'éviter certains médicaments susceptibles d'endommager les reins comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine, ibuprofène).

    À lire aussi

    La leucémie lymphoïde chronique

    La leucémie myéloïde chronique

    Les leucémies aiguës

    Les lymphomes

    Sources

    - Société française d'hématologie - « Informations aux patients atteints de myélome multiple »

    - Guide du patient « Myélome Canada » (www.myelomacanada.ca)

    - National Cancer Institute. Multiple myeloma and other plasma cell neoplasms (www.cancer.gov)

    - Amercian Cancer Society. Multiple myeloma. (www.cancer.org)

    Le myélome : qu'est-ce que c'est ?

    4 Min de lecture