Infections urinaires : que faire pour les éviter ? | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Infections urinaires : que faire pour les éviter ?

Publié le 07 février 2023 — 7 Min de lecture

SOMMAIRE

    La cystite, infection urinaire la plus fréquente chez les femmes

    Une infection urinaire peut désigner une infection des voies urinaires hautes (les reins) ou des voies urinaires basses (la vessie, l’urètre ou la prostate). Mais la plupart du temps, on emploie ce terme pour évoquer une cystite : fréquente chez les femmes, cette infection de la vessie est généralement provoquée par la bactérie Escherichia Coli.

    Une inflammation de la vessie, provoquée par une bactérie

    Une cystite est une inflammation de la vessie, provoquée par une infection bactérienne. Dans 90 % des cas, elle est due à la bactérie Escherichia Coli. Présente naturellement dans le tube digestif (colon et rectum), il arrive en effet que cette bactérie pénètre dans l’urètre et remonte dans la vessie.

    Faisant partie des infections urinaires les plus courantes, les cystites aiguës touchent particulièrement les femmes et les petites filles. Leur urètre est en effet plus court, ce qui facilite la migration de la bactérie vers la vessie. D’autres facteurs peuvent favoriser la survenue d’une infection urinaire chez la femme : l’utilisation de spermicides pendant les rapports sexuels, l’incontinence urinaire, le surpoids ou l’obésité, ou encore un prolapsus génital et urinaire (qui empêche de vider totalement la vessie à chaque miction). Les femmes sont également plus sensibles aux infections urinaires à certaines périodes de leur vie, après la ménopause et pendant une grossesse notamment (principalement à cause de modifications hormonales).

    Chez les hommes jeunes, les infections urinaires restent rares (grâce à la longueur de leur urètre). Mais lorsqu’ils vieillissent, les hommes peuvent développer une maladie de la prostate. Cela peut alors gêner la vidange de la vessie, et entraîner l’apparition d’infections urinaires.

    D’autres facteurs peuvent enfin favoriser la survenue d’une cystite chez les hommes et les femmes : une malformation de l’appareil urinaire, une maladie neurologique (comme la sclérose en plaques), un acte médical (un sondage urinaire ou une endoscopie vésicale), la prise de certains médicaments… À cause d’un taux de sucre important dans leurs urines, les personnes diabétiques ont également tendance à développer plus facilement ce type d’infection.

    Des symptômes caractéristiques, faciles à reconnaître

    Les infections urinaires provoquent en général l’apparition de symptômes caractéristiques, avec :

    • un besoin constant et pressant d’uriner, l’impression de ne pas vider entièrement sa vessie, l’élimination de très faibles quantités d’urine ;

    • des douleurs ou des brûlures à la miction (au moment d’uriner) ;

    • des urines malodorantes et troubles (avec parfois des traces de sang) ;

    • une sensation de pesanteur ou de poids dans le bas du ventre, des douleurs dans le bas du ventre.

    Ces symptômes surviennent de façon plus ou moins soudaine et brutale. S’il s’agit d’une cystite, l’infection reste localisée au niveau de la vessie et du bas ventre. Mais si la douleur remonte dans le bas du dos, elle peut être le signe d’une infection des reins (pyélonéphrite). En cas de fièvre, il faut consulter rapidement un médecin.

    Que faire en cas d’infection urinaire ?

    Si elle reste en général sans gravité, la cystite peut néanmoins provoquer des symptômes particulièrement désagréables, voire douloureux. Elle peut aussi être à l’origine de certaines complications, notamment chez les personnes fragiles. Il est donc important de consulter dès l’apparition des premiers symptômes, pour ensuite suivre un traitement adapté. Alors est-ce qu'une infection urinaire peut passer toute seule ? Que faire pour calmer et soigner une infection urinaire ?

    Soulager les premiers signes de l’infection

    Dès les premiers symptômes d’infection urinaire, il est recommandé de boire beaucoup d’eau. Il faut tout faire pour uriner régulièrement, et bien vider sa vessie. Cela permet en effet d’éliminer le plus rapidement possible les bactéries responsables de son inflammation, et d’éviter qu’elles ne remontent vers les reins (provoquant alors certaines complications). Il est également conseillé d’éviter les rapports sexuels jusqu’à la disparition complète des symptômes.

    Dans certains cas, le pharmacien peut aussi délivrer ponctuellement un médicament pour traiter la cystite. Le Monuril est un antibiotique disponible en pharmacie, sans prescription médicale. Après avoir évalué les symptômes, le pharmacien décide ou non de délivrer ce médicament sans ordonnance, pour soigner l'infection urinaire. Il peut aussi conseiller au patient de consulter d’abord un médecin.

    Quand consulter ?

    Il est recommandé de consulter son médecin dans la journée lorsque les symptômes de l’infection urinaire s’accompagnent d’autres signes (forte fièvre, vomissements, douleurs dans un rein ou dans les deux reins, frissons et tremblements…). Il faut aussi consulter si les urines contiennent du sang, ou si les symptômes se manifestent chez un enfant, une femme enceinte, une personne âgée ou une personne fragile (atteinte d’une maladie chronique ou d’un déficit immunitaire, par exemple).

    Si les signes de l’infection persistent ou réapparaissent plusieurs jours après le traitement, il faut à nouveau se rendre chez son médecin traitant. Si elle est mal prise en charge, l’infection peut en effet remonter le long de l’uretère (de la vessie jusqu’au rein), et être à l’origine d’une atteinte infectieuse rénale (pyélonéphrite).

    Après avoir interrogé son patient sur ses symptômes (description, fréquence, circonstances d’apparition…), le médecin réalise une analyse d’urines rapide, à l’aide d’une bandelette urinaire réactive. Elle permet de mettre en évidence la présence de leucocytes (globules blancs) et de nitrites dans les urines. Dans certains cas, le médecin peut prescrire une analyse d’urines plus complète pour identifier la bactérie (ou l’autre micro-organisme) responsable de l’infection. L’ECBU (Examen cytobactériologique urinaire) est réalisé en laboratoire.

    Quels traitements en cas de cystite ?

    Pour soulager les symptômes et limiter l’évolution de l’infection, le médecin met rapidement en place un traitement antibiotique. Il prescrit en général un traitement de courte durée (en une seule dose, ou pendant trois ou cinq jours). Il rappelle également à son patient de boire beaucoup d’eau au début de la cystite, mais de réduire les boissons pendant toute la durée du traitement (pour que les antibiotiques puissent faire effet).

    Chez la femme, une cystite aiguë sans complication peut être traitée avec plusieurs types d’antibiotiques (fosfomycine-trométamol en une dose unique, pivmécillinam pendant 3 à 5 jours, nitrofurantoïne si les autres traitements ne conviennent pas, triméthoprime, antibiotiques de la famille des quinolones, parfois céfixime…). Ces médicaments doivent être pris pendant toute la durée prescrite, à la bonne fréquence. Si les symptômes ne disparaissent pas au bout de quelques jours, il faut consulter à nouveau.

    Chez l’homme, l’infection urinaire est souvent associée à une inflammation de la prostate (prostatite). Pour être certain de prescrire le bon antibiotique, le médecin attend en général les résultats de l’ECBU. Les antibiotiques les plus souvent utilisés sont les fluoroquinolones, ou une céphalosporine (en injection). Ils sont prescrits sur une durée plus longue (entre 2 et 4 semaines).

    Les récidives des cystites sont fréquentes, et les cystites à répétition touchent de nombreuses femmes. Pour une prise en charge plus rapide, le médecin prescrit parfois un traitement antibiotique d’avance (que la femme pourra prendre dès l’apparition des premiers signes d’infection urinaire, sans attendre la consultation médicale). Adoptées au quotidien, certaines mesures simples permettent aussi de prévenir leur apparition. Alors que faire pour éviter les infections urinaires ?

    Comment éviter les infections urinaires ?

    Certaines mesures d’hygiène simples permettent de prévenir l’apparition d’infections urinaires, ou de limiter le risque de récidive. Alors que faire contre les infections urinaires à répétition ?

    Pour cela, il est notamment recommandé de :

    • boire beaucoup d’eau, tout au long de la journée (au moins 1,5 litre par jour), consommer des aliments riches en fibres pour éviter la constipation ;

    • ne pas se retenir d’uriner : pour éviter la prolifération des bactéries et autres agents pathogènes, la vessie doit être régulièrement vidée (et complètement). Il faut également s’essuyer d’avant en arrière, pour éviter de contaminer les voies urinaires ;

    • adopter une bonne hygiène intime, ne pas prendre de douches vaginales, et nettoyer ses parties intimes à l’aide des bons gestes (avec un produit nettoyant doux, sans savon) ;

    • uriner après les rapports sexuels (pour éliminer les micro-organismes qui pourraient remonter dans la vessie), et éviter d’utiliser des spermicides ;

    • porter des sous-vêtements en coton, éviter les pantalons ou les collants trop serrés.

    En cas de cystites à répétition, le médecin peut aussi conseiller de boire régulièrement des boissons à base de canneberge (jus de cranberry). Chez les femmes ménopausées, un traitement à base d’estrogènes peut être prescrit (en application locale). Si des anomalies de l’appareil urinaire sont responsables des infections à répétition, le médecin oriente son patient vers une solution adaptée.

    Sources :

    https://www.vidal.fr/maladies/reins-voies-urinaires/infection-urinaire-cystite.html

    https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/cystite

    https://www.msdmanuals.com/fr/accueil/troubles-rénaux-et-des-voies-urinaires/infections-des-voies-urinaires-ivu/présentation-des-infections-des-voies-urinaires-ivu

    Infections urinaires : que faire pour les éviter ?

    7 Min de lecture