Soleil et bronzage : une question de dosage | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

Soleil et bronzage : une question de dosage

Publié le 15 juillet 2019 — 5 Min de lecture

SOMMAIRE

    Bénéfique à petites doses, le soleil peut être dangereux si l'on en abuse. Pour en profiter sans risque, il suffit de préférer à la « toast attitude » une exposition plus raisonnée.
    Bronzage, mode d'emploi !

    picto creme Une crême solaire à filtre minéral protêge mieux la peau
    Pas forcément. Les filtres chimiques filtrent sélectivement les UV tandis que les filtres minéraux renvoient dans l'atmosphêre tout le rayonnement du soleil.
    Avantage pour les peaux fragiles : les filtres minéraux ne contiennent pas d'allergênes.
    Inconvénient : ils sont souvent plus difficiles à étaler.

    L'idéal est une crême filtrant autant les UVB (qui provoquent des coups de soleil) que les UVA (pénétrant plus profondément dans l'épiderme, ils sont responsables de cancers de la peau).

    Quel que soit votre choix, les rêgles d'application réguliêre restent les mêmes.

    Avec un écran total, on est protégé totalement
    Faux. L'écran total n'existe pas : aucune protection solaire n'oppose une barriêre infranchissable aux UV. D'ailleurs, la mention « écran total » est désormais interdite. Une crême solaire est un filtre. Comme un tamis, dont les trous sont d'autant plus petits que l'indice de protection (IP) ou le facteur de protection solaire (FPS) est élevé. Une crême à indice 50 ou 50+ est le niveau de protection requis pour les enfants, les peaux claires, les premiêres expositions et le soleil des tropiques.
    Enfin, si vous pratiquez un sport, de la voile ou du surf par exemple, gare aux effets de réverbération sur l'eau, qui décuple les effets du soleil.

    picto parasol Les enfants sont particuliêrement sensibles au soleil
    Vrai. Jusqu'à la puberté, la peau des enfants est fine et le systême pigmentaire immature.
    Elle est donc beaucoup plus vulnérable aux effets cancérogênes des UV. Deux gros coups de soleil avant 12 ans multiplieraient par 10 le risque de cancer cutané à l'âge adulte.
    Un bébé de moins d'un an ne doit subir aucune exposition directe au soleil. Pensez à le protéger des rayonnements, réfléchis par le sable, en plantant le parasol le plus bas possible.
    Pour les plus grands, les vêtements anti-UV offrent une protection d'indice 15 à 40, pour mettre à l'abri leur buste par exemple. Mais n'oubliez pas de protéger également les parties exposées (visage, mains...).
    Source : American Association for Cancer Research - « Long-term ultraviolet flux, other potential risk factors, and skin cancer risk: a cohort study » - Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. Juin 2014.

    La quantité de crême solaire appliquée à une incidence sur son efficacité
    Vrai. Avec un dosage insuffisant, un FPS (facteur de protection solaire) de 30 peut correspondre à un indice de protection de 15. La quantité de référence des laboratoires pour tester les indices, et celle qui est recommandée pour un adulte de taille moyenne, est de 2 mg/cm2. Soit l'équivalent d'une balle de ping-pong. Il est important de respecter ces consignes et de veiller à bien appliquer et à réappliquer réguliêrement la crême solaire sur tout le corps, sans négliger aucune partie (visage, oreilles, nuque, avant-bras, dessus des pieds...).


    Une seule application de crême solaire indice 50 le matin suffit pour une journée au soleil
    Faux. Aucun produit solaire n'est fait pour s'exposer au soleil durant plusieurs heures. L'utilisation d'une crême de protection sert à réduire les risques du soleil et non à s'y exposer plus longtemps. Pour être bien protégé, le choix d'un indice (IP ou FPS) élevé ne suffit pas. Il faut aussi renouveler les applications toutes les deux heures, aprês avoir nagé, joué ou randonné.

    picto gelule On peut préparer sa peau au soleil
    Vrai. Un régime à base de compléments alimentaires, à commencer plusieurs semaines avant l'exposition au soleil, peut permettre de préparer sa peau (hydratants, pigmentants, antioxydants...). Cela ne dispense pas d'une bonne protection solaire. Demandez conseil à votre pharmacien. Par ailleurs, l'usage des lampes à bronzer est contre-indiqué. Elles augmentent de 15 % le risque de développer un mélanome, dês le premier usage.
    Source : Inserm.

    Un tube de crême solaire peut durer 3 ou 4 ans
    Faux. Il est prévu pour durer entre six et douze mois. Ouvert et refermé à de multiples reprises, exposé à la chaleur, la crême perd rapidement de son efficacité.
    Votre protection solaire ne dure qu'un été.

    Les peaux noires ne craignent pas les coups de soleil
    Faux. Contrairement aux idées reçues, les peaux foncées ne sont pas à l'abri d'un érythême solaire (le nom scientifique du coup de soleil). La protection solaire est même d'autant plus importante que la rougeur associée au coup de soleil est moins visible que sur une peau claire.

    Le soleil est bon pour les boutons
    Faux. Le soleil a une action anti-inflammatoire, qui limite les éruptions cutanées... jusqu'à leur retour en force à la rentrée ! On ne doit pas interrompre son traitement contre l'acné pendant l'été.
    Par ailleurs, certains médicaments sont photosensibilisants et peuvent accroître le risque de coup de soleil. Pensez à vous rincer les mains aprês l'application de votre soin, à utiliser une crême non comédogêne et un indice de protection élevé, de type SPF 50.
    Demandez conseil à votre pharmacien.


    Citation :
    « Le risque solaire ne concerne pas que les vacanciers. L'exposition au soleil peut se faire aussi lors d'activités de plein air, en milieu scolaire et au travail. Plus d'un actif sur deux travaille souvent ou systématiquement au soleil. »
    Source : Risques solaires et cancers : les habitudes des Français décryptées, Santé publique France, juillet 2018.


    En chiffre Chiffre :
    50 à 70 % DES CANCERS DE LA PEAU SONT IMPUTABLES À UNE SUREXPOSITION AUX RAYONS UVA/UVB.

    Pensez à vous protéger contre le soleil et passez un três bel été !

    Soleil et bronzage : une question de dosage

    5 Min de lecture