Appareils auditifs : mal entendre n'est plus une fatalité ! | Pharmacien Giphar
Découvrez nos pharmacies qui proposent le click and collect en cliquant ici
Choisir une pharmacie
Saisissez votre ville pour voir les pharmacies les plus proches de chez vous et celles qui proposent le Click & Collect.
Choisir une pharmacie
Saisissez votre ville pour voir les pharmacies les plus proches de chez vous et celles qui proposent le Click & Collect.

Appareils auditifs : mal entendre n'est plus une fatalité !

Publié le 31 décembre 2019 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    Peu confortables, peu efficaces…, les appareils auditifs n’ont pas toujours eu bonne presse. Et pour cause, jusqu’à la fin des années 90, ces appareils ne consistaient qu’en une « simple » amplification du son. Ce qui n’était pas sans poser quelques problèmes.
    « Une oreille déficiente ne tolère pas forcément bien les sons forts », précise Luis Godinho, Président du Syndicat National des Audioprothésistes (UNSAF). « Il ne suffit pas de tourner le bouton du volume car, ce faisant, le volume des bruits ambiants est également augmenté, ce qui n’aide pas à mieux comprendre son interlocuteur. »

    Un traitement du son étonnant

    Heureusement, de nombreux progrès ont été faits ces dernières années et permettent de prendre en compte les spécificités de chaque surdité. « Les appareils auditifs augmentent, désormais, sélectivement les fréquences aiguës, basses ou médiums du son en fonction de ce que la personne entend encore ou pas. »
    Et lorsque la surdité est plus importante et que certaines fréquences deviennent à peine perceptibles, les appareils modernes peuvent notamment transposer les fréquences qui posent problème – les rendre plus graves ou plus aiguës selon les besoins – pour que la personne puisse à nouveau les percevoir.

    Appareils auditifs : plus d’autonomie

    Mais les évolutions ne s’arrêtent pas au traitement du son en tant que tel. Certains appareils embarquent la technologie Bluetooth, utile pour se connecter à sa télévision par exemple et pouvoir la regarder sans pousser le volume et donc sans incommoder conjoint ou voisin.
    Autre possibilité : connecter son appareil auditif à son Smartphone pour choisir un programme d’écoute ou recevoir un appel téléphonique directement dans l’oreille… Simples gadgets ? « Certains trouveront cela complètement futile mais pour d’autres de telles fonctions s’avèrent indispensables pour pouvoir continuer à travailler par exemple ! » Une chose est sûre : les appareils auditifs n’ont pas fini de nous surprendre !

    Au ciné ou au théâtre Bluetooth

    Envie d’aller au théâtre ou au cinéma ? De plus en plus de lieux publics sont équipés de « boucles magnétiques », un système d’aide à l’écoute pour malentendants… La personne se connecte à cette boucle magnétique, ce qui lui permet de recevoir le son directement dans l’appareil auditif ou encore dans l’implant cochléaire. Plus de problème si le voisin parle ou si l’acoustique de la salle est mauvaise !

    Le conseil de votre pharmacien Giphar

    Surdité débutante ? N’attendez pas !
    Un problème d’audition ? N’attendez pas pour vous rendre chez un audioprothésiste ! Lorsque l’oreille ne fonctionne plus, notre cerveau peut se « déshabituer à entendre », notamment pour privilégier la vue et la lecture sur les lèvres. En cas de surdité débutante il est donc conseillé de porter des appareils auditifs, sur les deux oreilles, afin que les aires auditives du cerveau continuent d’être stimulées, sans interruption – un gage d’une efficacité optimale !

    À lire aussi

    Implants cochléaires : des petits bijoux de technologie

    La presbyacousie


    Sources
    Merci à Luis Godinho, Président du Syndicat National des Audioprothésistes (UNSAF), à Evelyne Ferrary, directeur de recherche Inserm de l'Unité Inserm 1159 « Réhabilitation chirurgicale mini-invasive et robotisée de l'audition », à Michel Beliaeff, directeur France de MED-EL, à Pascal Barone, Directeur de Recherche Cerveau & Cognition CNRS UMR 5549, et au Pr Olivier Deguine, Chef des Services ORL de l’hôpital Purpan et de l’Hôpital Pierre-Paul Riquet à Toulouse. 

    Appareils auditifs : mal entendre n'est plus une fatalité !

    3 Min de lecture