La cigarette électronique : démêler le vrai du faux | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les délais et options de click & collect ainsi que les disponibilités en pharmacie

La cigarette électronique : démêler le vrai du faux

Publié le 25 janvier 2018 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    La cigarette électronique est avant tout utile pour le sevrage tabagique

    FAUX
    Les études scientifiques menées sur la e-cigarette ne sont pas unanimes sur ce point. D'après les organismes officiels comme Santé publique France, son utilisation régulière est associée à une réduction de la consommation de tabac et à des tentatives d'arrêt complet plus fréquentes. Mais il n'existe pas de preuve scientifique suffisante quant à son efficacité pour cesser de fumer. 60 % des vapoteurs sont d'ailleurs aussi des fumeurs.

    Le vapotage crée une dépendance

    VRAI
    Lorsqu'elles contiennent de la nicotine, les cigarettes électroniques induisent une dépendance que Santé publique France estime supérieure à la dépendance à l'alcool ou au cannabis.

    On peut utiliser sa cigarette électronique partout sans restriction

    FAUX
    Depuis octobre 2017, le vapotage est interdit dans les sites accueillant des mineurs. Il l’est également dans les lieux à usage collectif tels que les transports en commun et les espaces de travail clos et partagés.

    La e-cigarette ne présente aucun risque avéré pour la santé.

    FAUX
    La cigarette électronique en usage exclusif est bien moins dangereuse que la cigarette classique : le vapoteur n'inhale pas les substances toxiques issues de la combustion du tabac. Mais le marché de la cigarette électronique a pris de l’ampleur à partir de 2012, et les scientifiques ne disposent pas de suffisamment de recul pour évaluer ses effets à long terme sur la santé. Certains composants des e-liquides sont toxiques, comme le diacétyle qui, inhalé chaud, peut provoquer des dommages sur les poumons.

    La cigarette électronique encourage les jeunes à fumer.

    VRAI
    50 % des jeunes de 17 ans ont déjà expérimenté la e-cigarette. Or, selon une étude* très récente, les adolescents essayant la e-cigarette sont deux à trois fois plus enclins à consommer du tabac, un an plus tard.

    La e-cigarette n'est pas un produit de santé.

    VRAI
    Aucune cigarette électronique ne dispose d'une autorisation de mise sur le marché (AMM), qui est le sésame d'accès à la vente pour les médicaments et les dispositifs médicaux, en France. Avec ou sans nicotine, les cigarettes électroniques ne peuvent donc pas être vendues en pharmacie.

    Une aide au sevrage tabagique peut être proposée en officine

    VRAI

    Un grand nombre de pharmacies du réseau Giphar proposent un accompagnement au sevrage tabagique. Sous forme d’entretiens, il débute toujours par un rendez-vous approfondi qui permet au pharmacien de comprendre le fumeur, ses motivations, son niveau de dépendance, et d’évaluer ses besoins.

    * Étude menée par l'université de San Francisco auprès de 10 384 non-fumeurs âgés de 12 à 17 ans, publiée le 2 janvier 2018 dans le Journal of American Medicine Association.

    À lire aussi

    J’arrête de fumer avec mon pharmacien
    Votre pharmacien Giphar vous aide à arrêter de fumer !
    Arrêt du tabac : le coup de pouce de l’homéopathie !

    La cigarette électronique : démêler le vrai du faux

    3 Min de lecture