Musicothérapie : Music Care, une application qui aide à gérer la douleur | Pharmacien Giphar
Paiement sécurisé - Retrait gratuit dans votre pharmacie
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les pharmacies les plus proches de chez vous et celles qui proposent le Click & Collect.
Choisir une pharmacie
Saisissez votre code postal pour voir les pharmacies les plus proches de chez vous et celles qui proposent le Click & Collect.

Musicothérapie : Music Care, une application qui aide à gérer la douleur

Publié le 31 octobre 2016 — 3 Min de lecture

SOMMAIRE

    Music Care : les mécanismes de l’hypno-analgésie

    Le principe de l’application Music Care ? Utiliser les mêmes mécanismes que l’hypno-analgésie. « Dans le cadre de l’hypno-analgésie, le thérapeute effectue des suggestions verbales pour amener le patient dans différentes phases comme la phase d’éveil, la phase de relaxation et la phase de réveil », explique Stéphane Guétin, musicothérapeute et fondateur de Music Care. « Avec Music Care, on fait la même chose, sauf que c’est la musique qui prend le rôle du thérapeute et amène le patient dans ces différents états. » Par le biais de cette application, la musique parvient donc à aider certains patients à se relaxer et à détourner leur attention de la douleur.

    Musicothérapie : la douleur passe au second plan

    La musique agirait directement sur les composantes de la douleur, mais d’une manière opposée, ce qui lui permettrait de contre-stimuler les messages douloureux. « De plus, la musique activerait les circuits de la récompense dans le cerveau », poursuit le musicothérapeute. « Lorsqu’elle est stimulée, cette zone cérébrale produirait des molécules qui favorisent la sensation de bien-être en modulant le sommeil, la douleur, l’anxiété ou encore la dépression. »

    Une sélection adaptée aux goûts de chacun

    Seul impératif pour que cette application obtienne de bons résultats, il faut que la sélection musicale « touche » le patient. Aussi, avant chaque séance, le personnel médical lui demande de compléter un questionnaire qui permettra d’élaborer la bonne sélection. C’est-à-dire celle qui sera la plus efficace lors de la séance. « C’est primordial, car non seulement tout le monde n’est pas sensible au même style de musique, mais en plus, les goûts peuvent varier en fonction des jours. Une personne peut avoir envie d’écouter de la musique du monde le lundi et être plutôt sensible à de la musique classique le vendredi. »

    Musicothérapie : des résultats attestés sur la douleur

    Lors du lancement de cette application, Stéphane Guétin et ses collègues ont tenu à en quantifier les effets à l’aide d’études scientifiques. « Nous avons notamment constaté qu’en rhumatologie, Music Care permet de réduire la perception de la douleur de 50 %, à raison de 2 séances de 20 minutes par jour pendant 2 mois. Elle est également efficace sur l’anxiété et la douleur lors de la réalisation de certains gestes invasifs en milieu hospitalier, comme l’extubation, par exemple. Ces résultats scientifiques sont importants pour sensibiliser le personnel médical à l’intérêt de la musicothérapie. En effet, notre mission prioritaire est de former les équipes hospitalières pour la prise en charge et l’accompagnement des patients avant et après la séance de musicothérapie. Cette relation thérapeutique agit pour moitié dans les effets bénéfiques. »

    Où trouver Music Care ?

    Actuellement, l’application Music Care est uniquement proposée en milieu hospitalier afin que la pratique soit encadrée par un professionnel de santé. Toutefois, l’équipe de Stéphane Guétin travaille sur d’autres applications disponibles en dehors de l’hôpital. C’est notamment le cas de l’application Sound Care proposée dans des centres de thalassothérapie et d’une future application grand public pour les troubles du sommeil.
    Plus d’infos :

    À lire aussi

    Art-thérapie : l’art de retrouver le sourire

    Olfactothérapie : le pouvoir des odeurs

    Musicothérapie : Music Care, une application qui aide à gérer la douleur

    3 Min de lecture